Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 février 2017 5 10 /02 /février /2017 17:27

Lors d'une visite au Zander, le médecin qui me suit pour mon AVC me demande si je suis d'accord pour rencontrer le président de France AVC 73 qui voudrait avoir des renseignement sur mon tricycle. 

 

Il me contacte, et nous nous donnons rendez-vous lors de l'AG de son association ou je présente mon cas, dit comment je m'en suis sorti, et répond aux nombreuses questions qui me sont posées. 

 

L'assemblée est étonnée de mon investissement, et le président me demande si je pourrais faire un article pour leur lettre trimestrielle qui sortira en mai. Pas de problème, à condition qu'il mette mon texte en forme, car je serai trop long pour leur lettre, si je veut décrire tout, de mon ACV jusqu'à maintenant !!! 

 

En même temps il contacte la vélo-station de Chambéry et me demande si leur responsable peut s'appuyer sur mon "expertise", car il veulent acheter des tricycle qui peuvent servir entre autre pour tout ceux qui on fait un  ACV ou tout problèmes d'équilibre.

 

Je rencontre le responsable et, je lui donne les renseignements que je considèrent comme importants, en lui disant surtout de prendre contact avec Céline à Villeurbanne, que je contacte par ailleurs.  

 

Enfin, le handicap s'élargi, Il n'y a plus que les les handicapés en fauteuil mais toutes les formes de handicap... et certaines peuvent être très lourdes...  Peut-être il faut y voir le résultat de l'émission télévisuelle journalière qui passait sur la 2...

 

En tous cas, je me vois "embarqué" dans une direction qui me plais et que j'avais défendue à l'époque de vélo droit:

le sport est un formidable moyen de passer outre le handicap

 

AVC et autres handicaps
Repost 0
30 juin 2006 5 30 /06 /juin /2006 14:49

mais quel bilan ?

 

Malgré le vent contraire, la pluie, les ennuis de santé pour l'un d'entre eux, Dédé et Marcel ont bouclé leur challenge.

 

Poppy, même s'il n'est pas arrivé au bout, a démontré que le sport est "un formidable moyen de passer outre le handicap"

 

Roger, accompagné des trois femmes, s'est trouvé là ou on les attendaient, à chaque arrêt, pour le petit déjeuner et le repas, et surtout dans les derniers kilomètres.

 

Alors, pourquoi dresser un bilan ?

toutes et tous ont montrés que l'amitié qui les lient est sans faille, alors, si l'on peut dire quelque chose, c'est bien...

qu'ils ont encore de beaux jours devant eux, ces sacrés "Cyclodingos"

Repost 0
30 juin 2006 5 30 /06 /juin /2006 12:00

la fin du parcours

C'est reparti, mais plus qu'à deux... Poppy fera désormais partie des accompagnateurs. Alors en route pour Oraison on nous les attendons sur la place de l'église: le jerrican leur sert de douche !!! Puis direction la côte de Villedieu ou le jerrican entre encore en action.

 

Dédé et Marcel sont tout étonné d'aller de mieux en mieux. Il faut surtout qu'ils boivent et se restaurent, car attention à la fringale ou au "coup de barre". Une ligne droite qui n'en fini pas, le vent de face, enfin Vinon sur Verdon, ou nous sommes garés. A nouveau la douche et ils continuent.

 

Une côte de 2 kilomètres ou Marcel s'accroche mais est distancé par Dédé, et entre Ginasservis et la Verdière, nouvel arrêt et nouvelle douche, de même qu'à trois kilomètres après Tavernes, puis Sillans la Cascade et Salernes ou nous nous arrêtons à nouveau. Et là, Michel et sa femme nous rejoignent. La nuit arrive, heureusement Dédé et Marcel aussi !

 

Rééquipement des lampes frontales, des gilets fluos, il est presque 22 heures quand ils redémarrent. Sur le dernier kilomètre de la D 557 il y a une côte qui fini à 10%. Les deux cyclodingos, encore plus dingos que cyclo, l'ont franchie. Roger reste derrière eux pour les éclairer, ils descendent sur Lorgues à 40 km/h mais sont obligés de ralentir aux abords de Taradeau car la route est mauvaise et en virages.

 

Poppy les attends au Muy tandis que Roger roule toujours derrière eux. A l'arrêt, nouvelle directive : plus question de passer par la Roquette, ils faut continuer sur Puget sur Argens.

 

C'est de plus en plus dur: les voitures, les côtes, la fatigue... Malgré que Roger soit toujours derrière eux, ils n'en peuvent plus. La zone commerciale, l'approche de la mer... il faut tenir... ENFIN LA MER !!!Fréjus est atteint... Il est minuit... il n'y a plus qu'à rouler jusqu'au pont qui marque la limite Fréjus/Saint Raphaël.

 

Que du bonheur ! Fini les angoisses ! On s'embrasse ! 

Dédé et Marcel ont fait leur 400 km, et Poppy 250 km !

mais au fait, c'est quoi le prochain challenge ?

Repost 0
30 juin 2006 5 30 /06 /juin /2006 11:00

c'est parti

 

Le dimanche 18 juin est arrivé. Il est minuit 45 minutes, Dédé, Marcel et Poppy mettent les gilets fluos, font quelques photos, enfourchent leurs vélos et c'est parti...

 

Le bord du lac, la piste cyclable qui longe la N 201, puis le long de la Leysse. Marcel tousse, nous voyons des lapins, Marcel tousse encore et encore.La traversée de Chambéry se déroule sans problème, nous reprenons la piste cyclable jusqu'au pont sur l'autoroute et nous faisons la première pause à Myans : petits sandwichs, pudding, du café et c'est reparti, mais Marcel tousse encore...

 

Aux Marches, nous prenons la N 90. Nos feux sont bien réglés, quoique le modèle de Dédé soit un peu faible. Nous passons Chapareillan et allons tourner à Pontcharra pour prendre la D 523, le Cheylas, Goncelin ou nous faisons notre deuxième pause, Tencin, Froges, Brignoud, Lancey, Domène ou nous croisons des noctambules qui rentrent chez eux, et Marcel tousse toujours...

 

Nous faisons notre troisième pause à Gières. C'est déjà l'agglomération grenobloise, Marcel tousse encore, Dédé et Poppy sont inquiets pour lui, ils se sont relayés depuis Aix afin que Marcel puisse se préserver, mais rien n'y fait... Il faut repartir, mais avec l'inquiétude de ne pas finir ensembles... Saint Martin d'Hérens, Eybens, Échirolles... Poppy est devant, les rues sont mortes, nous ne voyons que quelques voitures, bref nous arrivons à Pont de Claix en ayant traversé l'agglomération à 20 km/h !!!

 

Nous traversons Varces, Dédé prend le relais jusqu'à Vif, ou nous nous arrêtons pour notre quatrième pause. Nous éteignons nos lampes car nous n'en avons plus besoin, nous nous restaurons, sandwichs, pudding, café, Marcel téléphone à Raymonde, mais ne lui dit pas qu'il à des problèmes... Bref, nous attaquons la montée de col de Fau en nous disant tous que Marcel abandonnera à Monestier de Clermont.

 

Dédé est admirable (même s'il n'aime pas que l'on dise ça), il suit ou précède Marcel, mais toujours roue dans roue. Poppy est devant et s'arrête de temps en temps... On arrive à Monestier, soudain des voitures nous doublent en klaxonnant... c'est Roger et les femmes...

 

Col de Fau, Marcel qui est un peu à l'arrière nous dit de continuer, il s'accroche, dans 35 km, le col de la Croix Haute. Poppy à faim, heureusement une des deux voitures est arrêtée, nous mangeons et buvons... Marcel est épuisé... mais il continue !!!

 

 

Soudain, à quelques kilomètres du col, un petit hôtel, "le chamois d'or" , et là, les deux voitures, Roger et les femmes !!! Il est 9 heures, on va pouvoir déjeuner : café, thé, pains et confitures, croissants, pains au chocolat (fameux !), bref, le paradis !!!

 

Et on repars pour le col, avec Marcel, mais qui ne tousse plus que de temps en temps ! Les derniers kilomètres sont difficiles pour lui mais, enfin, nous y arrivons. Nous faisons une pause d'une demi heure qui est la bienvenue pour lui car il n'est plus question qu'il abandonne !!!

 

Nous avons perdus une heure et demie sur notre plan de marche, mais nous sommes toujours ensembles, c'est le principal. Alors, nous repartons, enfin soulagés !

 

Saint Julien en Beauchêne, la Faurie, Aspres sur Buech, que de la descente ! Mais tient, il pleut. On s'arrête pour enfiler nos impers que nous abandonnerons à Serres, et Dédé en profite pour regonfler son pneu avant. Bref, on arrive à Laragne à midi et demi, et on s'arrête au "bistrot du marché" pour manger.

 

A peine sommes nous installés qu'on nos sert du gigot et du gratin dauphinois ! Chapeau à Roger et à nos femmes !Dédé a même le temps de changer sa chambre à air ! Bref, nous repartons pour Sisteron vers 13 heures 30.

 

Une petite pluie, mais juste pour mouiller la route et, à l'entrée de Sisteron, nous prenons sur la Baume et Salignac.

 

Premier arrêt depuis le repas. Poppy commence à avoir mal à son gros orteil droit, il change son doigtier et tous le monde repart. Volonne, l'Escale, Malijai, la douleur s'accentueà un point tel que sous les rochers des Mées, il pause le pied à terre. Sa jambe droite bat la breloque, c'est l'abandon après 250 kilomètres...Dommage, mais il faut que Dédé et Marcel puisse continuer...

Repost 0
12 juin 2006 1 12 /06 /juin /2006 16:00

et alors là...le hic !

Il fallait que quelqu'un se dévoue. Et bien c'est Marcel qui a décidé d'avoir un ménisque douloureux et, peut être, avec un épanchement de synovie (qui peut le plus...peut le moins !!! )

 

Donc...on ira à FREJUS...mais, pourquoi pas, en voiture !!!

On avait prévu des tas de situations... mais celle là manquait à notre panoplie des parfaits "Cyclodingos".

Mais tant mieux puisqu'on aura rêvé cinq mois à notre descente, ce qui n'est pas mal du tout. Et puis, qui sait...
 

En tout cas, je peux vous dire que c'était bien, ces nuits où nous pensions "il va falloir que je m'enduise les fesses de pommade" ou bien "se sera génial, au col de la Croix Haute: en avant pour 60 km de descente..." ou encore "en haut de la côte de Vinon sur Verdon, nous n'aurons plus que 100 km et des poussières..."

Ah! c'est vrai, j'allais oublier: on a même reconnu le parcours...et bien je dois dire que si on descend en voiture, contraints et forcés, on ne sera..

...même pas fatigués !!!

Repost 0
10 juin 2006 6 10 /06 /juin /2006 17:00

la dernière ligne droite !!!  

 

Nous avons fait ensemble ,une boucle d'un peu plus de 200 km le jeudi 8 juin. Un dernier bilan avant le départ montre que: 

Dédé a mal sous les pieds et les traitera à l'akiléine,
 

Marcel est toujours gêné par un petit reste d'épanchement de synovie, mais çà ira ... en tous cas, pas de piqûre d'EPO !!!

Quant à Poppy, il  a un échauffement au gros orteil droit.

Comme Dédé il se traite aussi à l'akiléine et, en plus, il a acheté un doigtier au gel d'épithelium(mais non enfin, pas au gel de delirium...quoique...) 

Par contre en se pommadant abondamment le fessier avec du cetavlon et/ou de l'omeoplasmine, aucun n'a eu de problème...
 

 

Et le samedi 10 juin, nous avons eu notre dernier "breafing"chez Marcel, avec deux copains du club cyclo d'Annecy et leurs femmes

 

Tout d'abord, Michel et sa femme se proposent de nous faire à manger le 18 au soir, quelque soit l'heure ou nous arriverons !!!

 

Elyséo, le grand randonneur devant l'éternel (il a fait, entre autre, l'Argentine du sud au nord) nous donne les conseils qui, d'après lui, sont indispensables:

 

Avant le départ

- pas d'alcool une semaine avant

- pendant les trois jours précédant le départ, manger des pâtes et de la viande blanche

- le dernier soir, ne pas trop manger et se coucher tôt

 

Pendant le challenge

attention car la voiture de Roger ne vous rejoindra que vers 9 heures donc prendre un "dérive chaîne" et des éclairages montés sur les casques

- privilégier les petit sandwichs salés,

- les barres et pâtes de fruits ne seront  à prendre qu'avant et pendant la montée du col

- il faudra déjeuner et comme les cafés serons encore fermés il vous faudra prendre 1 ou 2 thermos remplis de café, thé ou chocolat

- très important:s'arrêter une heure pour le repas de midi afin de se délasser

 

et, avant tout, se dire qu'il n'y a pas de honte  à abandonner

Repost 0
30 mai 2006 2 30 /05 /mai /2006 18:00

LA CRAINTE

Je viens de passer mon test d'effort et tout est parfait.

J'ai donc la bénédiction de mon médecin généraliste et de ma cardiologue, quant au médecin chef du centre de rééducation du Zander, il m'a fait dire que je suis le seul de son centre à avoir autant récupéré après un A.V.C soigné si tard et m'encourage, ainsi que son adjointe, à tenter cette descente...

 

alors, en avant pour le grand challenge !!!

Mais, maintenant que plus rien ne s'oppose à moi...j'ai la "trouille", non pas de ne pas y arriver, car j'approuve le principe qu'il n'y a pas de honte à abandonner, mais de ralentir suffisamment l'équipe avec:

Ma jambe droite qui me fera défautà partir de Sisteron

Ma main droite qui ne pourra plus serrer le guidon dans la montée du col de la Croix Haute

Mon bras droit qui se mettra en crampedans les derniers kilomètres du col et ensuite à chaque montée; donc je serai obligé de m'arrêter pour me détendre

Et mon gros orteil droit...est ce que le doigtier sera efficace ?

 

Je crois qu'en tenant la moyenne de 22 km/h çà doit pouvoir aller...mais si l'on roule à 23 ou 24 km/h, comme nous l'avons fait pour nos 200 km, je doute de pouvoir tenir...

 

Par chance, mes deux équipiers sont conscients de tout çà et, je suis sûr et certain qu'ils vont, en plus de leurs problèmes, tenir compte des miens...

 

ET PUIS, BON OU MOINS BON

C'EST DIMANCHE SOIR QU'ON FERA LE BILAN

Repost 0
30 avril 2006 7 30 /04 /avril /2006 19:00

et tout çà, à vélo...

les dénivelées 

sur une distance de 400 km et 3.000 m de dénivelée

départ à Aix les Bains, Grenoble, puis le col de la Croix Haute, Sisteron, Ginasservis, Lorgues...

ouf, enfin Fréjus!!! 

 

 

 

 

et la carte...


enfin, Fréjus

sa plage, ses palmiers...

Repost 0
30 mars 2006 4 30 /03 /mars /2006 20:00

ski de fond et vélo

15  juin dédé marcel poppy
ski de fond 32 sorties soit
~ 600 km
/
/
32 sorties soit
~ 400 km
vélo de training /
/
~ 4 heures soit
~ 100 km
/
/
vélo tous terrain ~ 100 km / /
vélo de route
TOTAL
minimum atteint le...
~ 2.600 km
~ 3.300 km
/
~ 3.900 km
~ 4.000 km
3 mai
~ 3.600 km
~ 4.000 km
27 mai


 quelques sorties que

 nous avons faites 



à ski de fond...

Tour complet de Savoie Grand Revard-le Revard, la Féclaz, Saint François (~~20 km et 500m de dénivelée)


et à vélo...

Aix les Bains, Col de Chat (<), Novalaise, Mont Tournier (<<), Chanaz, Aix les Bains  (~~100km et 1.500m de dénivelée) 
 

Aix les Bains, Cuzy, col de Leschaux (<), col de Plaimpalais (<), le Revard (<), Aix les Bains (~~100km et 2.000m de dénivelée)

 

Aix les Bains, Culoz, Virieu le Grand, Col de Ballon (<<), Belley, Saint Pierre de Curtille (<), Conjux, Aix les Bains  (~~110km et 1.500m de dénivelée)

 

Aix les Bains, Barraux, Le Touvet, Allevard, Saint Pierre d'Albigny, traversée des Bauges par Col du Frêne (<), Cusy, Aix les Bains  (~~140km et 1.500m de dénivelée)


Saint Raphaël, Sainte Maxime, Col du Canadel (<), Gassin (<<<), Col de Bougnon (<), Roquebrune sur Argens, Le Muy, Saint Raphaël (~~150km et 1.500m de dénivelée) 


Aix les Bains, traversée de la Chartreuse par Col du Granier (<<) par la route du championnat du monde, Col du Cucheron (<), Col de Porte (<), Corenc, le Touvet, Barraux, Aix les Bains  (~~150km et 3.000m de dénivelée)


Aix les Bains, tour des Bauges par Alberville, Ugine, le Col de Leschaux (<), retour par le Val du Fier, Aix les Bains  (~~200 km et 1.500m de dénivelée)

Repost 0
2 mars 2006 4 02 /03 /mars /2006 22:00

 le challenge 

 

Déjà, il y a deux ans, la même équipe, renforcée d'un cycliste, avait fait la descente à Fréjus en deux étapes, avec une pause à Sisteron, puis par la route Napoléon avec les cols des Lèques, de Luens, de Valferrière et Fayence.

C'était bien...mais il fallait faire encore mieux.

Alors pourquoi pas le faire, mais dans une seule journée avec...

Un suiveur     : Roger  (non, ce n'est pas parce qu'il ne veut pas faire de vélo...quoi que...)

Trois cyclistes: Dédé, Marcel et Poppy

les quatre "Cyclodingos" 

Horaires : heure de départ : 1 heures du matin

               moyenne : 21 à 22 km/heures, c'est à dire pas trop vite de façon à tenir la distance...

               heure d'arrivée probable : 22 heures (18 à 19 heures de vélo et 2 heures pour se ravitailler, crevaisons ou autres..

Matériel :Vélos tout équipés avec lumières avant et arrière, maillots et cuissards du club, gants, chaussettes, chaussures, bandanas, casques, lumière de casque, gilets réfléchissants, téléphones portables.

 Voiture équipée d'une remorque porte-vélo et d'une banderole "attention cyclistes" ravitaillement, boissons, trousse de premier secours pour les cyclistes et les vélos, téléphone portable.

 Entraînement: nous sommes à la mi-février et, tant qu'il y aura de la neige au Revard, c'est le ski de fond qui est prioritaire. Donc, nous ne faisons du vélo que par beaux jours et avec une température minimum de 8 à 10 degrés. 
 

Bien sur, nous ne voulons parler que des "Cyclodingos" sérieux, mais les autres...

 

Ceci dit, il nous faudra à peu près 4.000 km d'entraînement tant à ski de fond qu'à vélo, c'est à dire 10 fois la distance Aix les Bains - Fréjus, avec des sommets tels que le col de Leschaux ou le Revard, avant d'espérer tenter ce challenge.  

 alors, rendez-vous au 18 juin 2006 pour

 le grand départ

 

 

Repost 0

Présentation

  • : cyclodingos
  • cyclodingos
  • : le tricycle couché d'un cyclo (handicapé) de Grésy sur Aix, et quelques aventures d'une équipe de copains ...
  • Contact

Mark Twain

je ne savais pas que c'était impossible ....alors, je l'ai fait !

Pages